La liste E-doc a 20 ans ! A l’occasion des 20 ans de la liste de diffusion E-doc, retour sur son histoire et celle de Doc pour Docs

1 | par Doc pour Docs

La liste professionnelle « Enseignants-documentalistes » ("E-doc") a eu 20 ans le 2 février 2020. Elle compte aujourd’hui 3207 abonné·e·s.
Elle est associée au site Doc pour Docs, qui fait référence dans la profession, comme en témoigne la fréquentation quotidienne du site avec une moyenne de 2000 visites par jour.
Doc pour Docs est un site de mutualisation professionnelle : tout collègue qui le souhaite peut y publier son travail ou ses réflexions. L’objectif du site est d’offrir un espace de mutualisation aux enseignants et enseignantes documentalistes en mettant à disposition des fichiers tels que des séquences pédagogiques, des tutoriels, des modes opératoires ou encore des bibliographies... Des articles et des brèves sont proposés par l’ensemble de la communauté. Ils renvoient à la pédagogie de la culture de l’information, à la culture numérique, à l’éducation aux médias, aux outils numériques, à l’ouverture culturelle. L’équipe administratrice de Doc pour Docs effectue en parallèle de ces publications une veille dans ces domaines qu’elle relaie via un compte Twitter, Facebook.

Pour les articles les plus visités, les résultats de consultation sont importants :

  1. « Un CDI adapté aux élèves dyslexiques » publié en 2013 par Corinne Laval affiche 203522 visites
  2. « L’agenda annuel » réalisé par Clotilde Chauvin affiche 184068 visites
  3. « Comment enregistrer simplement toute musique restituée par votre PC » publié en 2012 par Alain Guirly affiche 96278 visites
    Et pour citer encore les articles à plus de 50000 visites :
  4. « On ne voit bien qu’avec le cœur » écrit en 2014 par Anne Cordier
  5. « Comment parler d’Internet aux adolescents ? » publié en 2014 par Marion Carbillet
  6. « Le book-trailer, un outil de promotion de la lecture à exploiter en classe ? » rédigé en 2014 par Sandrine Geoffroy
  7. « Comment dynamiser les équipes autour de l’EMI ? : Deux exemples en collège » rédigé en 2014 par Hélène Mulot et Muriel Almayrac

Le travail de publication de brèves, réalisé par Jacqueline Valladon et Jean-Pierre Hennuyer, permet de rendre accessibles des ressources sur des thématiques d’actualité. Par exemple :

Les statistiques nous montrent non seulement une importante fréquentation du site mais aussi la diversité des auteurs et autrices qui le font vivre : professeurs et professeures documentalistes, enseignants et enseignantes chercheurs ou enseignants et enseignantes détaché.e.s.
Dans l’actualité, l’article « PIX et le cadre de référence des compétences numériques » publié collectivement en janvier 2020 compte déjà 2700 visites.

L’anniversaire de la liste Edoc nous a donné l’envie de vous raconter l’histoire de ces outils qui accompagnent depuis de nombreuses années la profession.

Création de EDoc : 2 février 2000

E-Doc est une liste de diffusion. Ce système de diffusion par mail permet à un expéditeur de diffuser un message à tous ses abonnés.
La liste de diffusion regroupe les enseignants et enseignantes documentalistes exerçant dans les établissements d’enseignement dépendant du Ministère de l’Éducation nationale et du Ministère de l’Agriculture. Elle s’adresse également à leurs différents partenaires équipe éducative, bibliothécaires ainsi qu’à toutes les personnes intéressées par le métier de professeur documentaliste ou par la réflexion sur les finalités du CDI, centre de documentation et d’information.

Une liste non modérée

La liste a été créée le 2 février 2000 par Nicole Boubée, alors professeure documentaliste. L’idée de créer et gérer une liste « non institutionnelle » circulait, depuis quelques mois, entre collègues concerné·e·s par les limites de la liberté d’expression auxquelles ils et elles faisaient face au sein de l’unique liste de diffusion d’alors, Cdi-doc. Cette dernière était gérée par le CRDP de Rennes (centre régional de documentation pédagogique, généralement dirigé par un ou une IPR, inspecteur ou inspectrice pédagogique régional). La liste Cdi-doc, modérée par le personnel de ce CRDP, ne diffusait pas ou peu les messages à tonalité critique, ceux discutant les orientations ministérielles ou évoquant des situations académiques problématiques. De même, les échanges un peu vifs entre collègues aux positions antagonistes sur tels aspects du métier étaient rapidement écourtés. Le personnel du CRDP gérant la liste Cdi-doc, que l’on sentait préoccupés, pris entre leur hiérarchie et leurs abonnés les plus critiques, en étaient arrivés à téléphoner aux collègues, dans leur CDI, pour les informer que leurs messages ne seraient pas diffusés. Une situation problématique pour tous et toutes. Les collègues à la plume quelque peu aiguisée se repéraient ainsi dans Cdi-doc puis conversaient par messagerie privée. En fin de la décennie 90, grâce à l’internet, et de façon inédite et grisante, les collègues de différentes académies pouvaient se rencontrer à distance et décider d’agir ensemble. Et les échanges ont eu lieu entre collègues de trois académies différentes autour du projet de créer et gérer de façon autonome une liste de diffusion pour les professeurs documentalistes, en particulier, entre Nicole Boubée, Edith Boulo, et Bruno Desroches.
Quelques mois après la création de la liste, Edith Boulo en est devenue co-gestionnaire avec Nicole Boubée. Puis aux alentours des années 2003-2004, la première équipe constituée autour de la reprise de Doc pour Docs a naturellement été constituée en co-gestionnaires autour de Nicole Boubée, Edith Boulo, Ghislain Chasme, Jacqueline Valladon. Dans les années 2005, la gestion a été essentiellement assurée par Edith Boulo et Jacqueline Valladon. Lorsqu’elle a rejoint l’équipe de Doc pour Docs en 2013, Marion Carbillet est devenue elle aussi co-gestionnaire de la liste. Aujourd’hui, Edith Boulo, Marion Carbillet et Jacqueline Valladon assurent à elles trois la gestion de la liste.

Ses objectifs : entre identité professionnelle et débat ouvert

La liste a d’abord été créée en utilisant Voila, un des services de messagerie de France Telecom (Orange aujourd’hui). Quelques mois après, un personnel en charge de Renater (Réseau National de Télécommunications pour la technologie, l’Enseignement et la Recherche, avant que le service de listes de Renater ne soit externalisé) a proposé, spontanément, d’héberger la liste. Le changement d’hébergeur n’était pas anodin, à nos yeux. Nous passions d’un service grand public à un service académique, ce qui nous semblait renforcer la légitimité de la liste et de la profession comme l’indique le nom choisi pour la liste. Celui-ci et en particulier son sigle, « e-doc », résulte d’une volonté de mettre en avant la dimension enseignante encore minorée, tout en faisant référence au monde virtuel.

La création de la liste et la reprise du site se situent dans le contexte d’une époque marquée par le développement de l’internet, et l’idée que nous nous faisions de ses potentialités. L’internet allait permettre :
- de nous réunir, comme aucun dispositif institutionnel ne pouvait le faire,
- de créer un nouveau lieu d’échanges, différent de ceux existants. Nous avions, pour la première fois, la possibilité de mettre en œuvre un modèle horizontal d’échanges et à très grande échelle : géographique, et sociale, entre professeurs et professeures documentalistes, documentalistes d’autres institutions et enseignants et enseignantes d‘autres disciplines,
- de développer une identité professionnelle et prouver à tous, y compris aux professeurs documentalistes eux-mêmes, que la profession était capable de se saisir des nouveaux outils d’information et de partage,
- et conséquence, cela supposait la non-modération, pas si fréquente dans les listes professionnelles d’enseignants de l’époque et même dans celles d’autres champs professionnels de la fonction publique.

Le site Doc pour Docs

Dans la décennie 90, Alain Gurly faisait figure d’acteur majeur dans la profession, auteur d’ouvrages professionnels et du premier « site personnel » chez les documentalistes de l’Éducation nationale, comme l’on qualifiait alors les premières écritures en ligne. Son site Doc pour Docs ("de la documentation pour les documentalistes") proposait des réflexions sur son expérience de documentaliste, sur les grandes problématiques de la documentation et de l’enseignement, et était déjà riche en dispositifs pédagogiques, l’ensemble toujours présentés sous la forme de récits enjoués et poétiques. Des liens amicaux virtuels et IRL entre Alain Gurly et celles et ceux actifs et actives en ligne ont vite été noués. L’amitié professionnelle a été une des raisons majeures de la reprise du site d’Alain Gurly par la première équipe de Doc pour Docs. En effet, en 2002, Alain Gurly, proche de la retraite, souhaitait passer la main et confier son site Doc pour Docs à des collègues déjà bien présents et présentes en ligne et/ou avec qui il entretenait des relations amicales. Et ces derniers et dernières avaient la conviction qu’il ne fallait pas que son site formidable disparaisse. Mais personne ne voulait assumer seul les fonctions de webmestre. Il fallait donc former une équipe, et refaire entièrement le site, pour passer d’un site avec des pages html statiques à un site de type CMS (système de gestion de contenus). En début de la décennie 2000, quatre professeurs et professeures documentalistes, Edith Boulo, Ghislain Chasme, Nicole Boubée et Jacqueline Valladon ont donc travaillé de concert avec Alain, sur leur temps libre, à la reprise de Doc pour Docs.
Pour conserver la trace du travail d’Alain, il a été décidé de mettre en accès sur le site ses Mémoires.

Le site aurait probablement disparu en fin de la décennie 2000, entre l’usure produite par la production régulière de contenus, la maintenance du site et l’indisponibilité d’une membre de l’équipe, ayant changé de métier et de niveau d’enseignement. Deux faits majeurs l’ont fait perdurer : l’investissement de Jacqueline Valladon et l’arrivée de nouveaux membres professeurs et professeures documentalistes particulièrement sensibles à l’idée de mutualisation et aux valeurs qui sous tendent l’aventure de ce site, initialement portée par Alain Gurly, ainsi que la perspective collective (versus individualiste). Fin 2012, Marion Carbillet a rejoint l’équipe. En 2014, c’est au tour de Sophie Bocquet. En 2015, Jean-Pierre Hennuyer et Hélène Mulot intègrent à leur tour l’équipe.
Depuis plus d’une dizaine d’années, Nicole Boubée, encore présente à titre (très) amical, ne participe plus aux travaux de l’équipe, ni aux décisions de celle-ci).

Un site, plusieurs versions

La plus ancienne version consultable en archive, sur Waybackmachine, date de 2001 : https://web.archive.org/web/20010302231206/http://docpourdocs.fr.st/
La toute première version du site a ensuite été construite avec php-nuke
https://web.archive.org/web/20021206180435/http://docsdocs.free.fr/
Deux mois plus tard, le site s’étoffe
https://web.archive.org/web/20030211135847/http://docsdocs.free.fr:80/
Deux ans après, on franchit le cap des 200.000 visiteurs
https://web.archive.org/web/20050212044730/http://docsdocs.free.fr/
En 2005, on refait le site sous spip, après de nombreuses attaques de la version php-nuke
https://web.archive.org/web/20051125072435/http://docsdocs.free.fr/
Et un an plus tard
https://web.archive.org/web/20061124193342/http://docsdocs.free.fr/

En juin 2013 Doc pour Docs a fait peau neuve.
Pour la seconde fois depuis sa création, Doc pour Docs a déménagé et changé d’apparence, après avoir fêté ses 10 ans (et 3 541 111 visites !) sous sa forme précédente. Un rajeunissement qui a apporté de nouvelles fonctionnalités et mis en valeur son contenu toujours renouvelé. Edith Boulo a refait la maquette sous Scolaspip, avec l’aide précieuse de Marie Bescond, graphiste, à qui nous devons notre nouveau logo.

En 2017 la mise à jour de Spip par Edith Boulo a amélioré la présentation de la page d’accueil et certaines fonctionnalités.
Claire Cassaigne a réalisé un annuaire de sites de mutualisation pour les professeurs documentalistes,ProfDocOsphère, hébergé sur le nouveau site.

Au fil des ans, le site a dépassé la simple mutualisation. Doc pour Docs a toujours cherché à se situer au cœur des débats qui animent la profession et milite pour une vision engagée du métier. Depuis 20 ans, les outils numériques ont envahi le quotidien de tout un chacun et changé les modalités d’accès au savoir. De nouveaux usages se sont développés tandis que des questions cruciales demeurent vives : formation à l’esprit critique, usages réflexifs des outils, société de l’information vs société du divertissement, rapports entre l’accès aux informations et la participation démocratique, usages individuels et usages collectifs. L’évolution rapide des technologies numériques nous obligent à réinterroger constamment nos missions d’enseignant(e)s au regard de ces questions.
Doc pour Docs est voué à la mutualisation et l’accompagnement de la réflexion des collègues en les incitant à publier leurs séances et textes de réflexion. Le site ne porte pas une position spécifique mais il s’est structuré autour de valeurs communes portées par l’équipe : valeurs de partage et de mutualisation et vision commune du métier (pédagogie de l’information-documentation, ouverture culturelle, promotion de la lecture). Doc pour Docs est aussi engagé dans une logique de diffusion des publications dans l’esprit des communs : l’ensemble du site est sous licence Creative Commons en libre réutilisation.

Nous avons à cœur de faire vivre encore et toujours les valeurs de partage portées par Alain Gurly et d’être fidèles à sa vision pédagogique pour laquelle bienveillance, écoute, ouverture et lutte contre les inégalités sociales et culturelles servent de moteur quotidien.
Nous vous rappelons que le site Doc pour Docs ne fonctionne que grâce à vos contributions : n’hésitez pas !