Inciter à la lecture : exemple d’une box littéraire Lis-là box

(actualisé le ) par Florine Lefebvre, Hélène Mulot

Florine Lefebvre est professeure documentaliste au collège Frédéric Chopin de Melun (Seine et Marne) ; l’an dernier elle était au lycée André Malraux de Montereau-Fault-Yonne (Seine et Marne) et a mis en place une box littéraire. C’est de ce projet d’attention aux élèves dont elle nous parle ici

Vous avez lancé Lis-là Box au sein de votre lycée. Pouvez-vous nous expliquer le principe tout droit issu de la grande mode des boxes qui fleurissent sur des sujets aussi divers que la mode, le thé, ou les voyages mais aussi la lecture ?

J’étais abonnée à une de ces boxes littéraires, et j’avais envie d’essayer au lycée de conseiller des livres aux élèves de cette façon. Quand j’ai eu l’impression de bien connaître le fonds du CDI, j’ai eu l’idée de lancer le concept au CDI : proposer chaque mois une sélection de livres à ceux qui veulent bien s’inscrire (Les élèves, mais aussi les personnels de l’établissement). Ils remplissent un questionnaire afin de me permettre de connaître leurs goûts en matière de lecture. Je leur ai aussi laissé le choix sur la fréquence de l’abonnement : une fois par mois, à chaque vacances, une fois dans l’année etc. .
Le questionnaire distribué se trouve dans le flyer joint à cet article.

PDF - 545.2 ko

Concrètement, comme se présente une box ?

Très simplement, je choisis les livres en fonction du questionnaire puis des retours des abonnés. Sur chaque livre je place un post-it avec le nom de l’emprunteur et je lui écris un petit mot sur le livre ou pour expliquer pourquoi j’ai choisi celui-ci pour elle ou lui. Pas d’emballage, pas de goodies, à part un marque page dans le premier livre.

Comment avez-vous fait connaitre la Lis-Là Box ?

J’ai fait imprimer les questionnaires que j’ai placés au CDI et en salle des profs, j’ai aussi envoyé le questionnaire par mail à tous les élèves et personnels de l’établissement. Les collègues de disciplines ont été vite emballés et en ont parlé aux élèves

Comment gérez-vous les prêts et les retours pour préserver l’effet surprise du contenu ?

Je fais l’emprunt en avance et note le nom de l’élève ou du collègue sur un post-it que je pose sur le livre. Pour le retour, je procède comme un retour normal.

Quels types de livres privilégiez-vous ? ceux qui plaisent, ou au contraire, est-ce l’occasion de faire sortir du fonds certaines fictions qui attirent moins à priori ?

Tout dépend de l’abonné. Pour les plus curieux, c’est parfois l’occasion de sortir des rayonnages des livres qui attirent moins. Pour d’autres élèves ou collègues je préfère m’appuyer sur des valeurs sûres en m’appuyant par exemple sur les statistiques de prêts. Souvent, les élèves du lycée fouillaient assez peu dans les rayons, donc beaucoup de romans une fois rangés étaient un peu perdus pour la lecture. La box permet de faire redécouvrir des livres. De plus, le bouche à oreilles fonctionnant par contre très bien, un même livre peut sortir deux-trois fois de plus après coup. Ce fut le cas d’Eleanor and Park de Rimbow Rowell par exemple ou encore de Need de Joëlle Charbonneau.

Qu’est-ce qui au sein de votre établissement vous a motivée à mettre en place un tel dispositif ? (un projet d’établissement, une politique documentaire, autre ?)

Quels autres dispositifs autour de la lecture proposez-vous ? comment la box s’articule-t-elle avec ces autres dispositifs ?
Avec ma collègue professeure documentaliste nous étions assez désespérées du peu d’intérêt des élèves ou des collègues pour les livres présents au CDI. Nous avions de gros lecteurs de mangas et BD. Les lycéens viennent au CDI avant tout pour travailler au calme, ou pour avoir accès aux ordinateurs. Finalement, très peu pour lire ou emprunter un livre. Quand nous tentions de mettre en avant une sélection thématique ou les nouveautés, les élèves les regardaient à peine (même mis sur leur passage). Du coup, nous étions à l’affût de la moindre idée pour faire sortir nos livres. En parallèle, j’adore conseiller les élèves pour leurs lectures. Cette année, un petit groupe de filles de seconde appréciait que je cherche un livre rien que pour elles. Elles se sont toutes abonnées à la box, d’ailleurs.

A priori, ce dispositif s’adresse à des élèves déjà lecteurs ou des collègues déjà sensibilisés à la lecture. Qu’en attendez-vous ? Quels sont vos objectifs ?

En effet, le but était surtout de faire venir les lecteurs au CDI. Cependant, en ce qui concerne les collègues, certains ont remis un pied à l’étrier de la lecture avec ce dispositif. Pour les élèves, avec une enseignante de lettres, j’ai élargi le concept et nous avons abonné toute une classe pour deux livres sur l’année. Ce fut un gros travail de sélection et ma collègue m’a aidée à choisir les livres adaptés pour chaque élève. De ce fait, des élèves peu ou pas du tout lecteurs ont fait l’effort de lire parce que nous avions pris le temps pour eux. Ils se sont mis à fréquenter plus régulièrement le CDI, pour venir chercher leur box ou encore pour travailler. Même s’ils ne venaient pas forcément lire, ils se sont mis à faire des activités en rapport avec le domaine littéraire : ils ont créé des marques-pages avec leurs avis sur les livres, que j’ai plastifiés et placés dans les livres concernés. Beaucoup ont aussi fait une critique du livre sur e-sidoc et quelques uns (les élèves déjà lecteurs) ont continué à critiquer les livres qu’ils venaient emprunter.

Est-ce déclinable en collège ?

Tout à fait. Je suis en collège cette année et je compte bien remettre en place cette box, mais le préalable est de bien connaître le fonds, c’est donc encore un peu tôt. Pour l’instant, dans le cadre du 1/4 heure de lecture, j’ai proposé aux collègues de disciplines de faire remplir un questionnaire aux élèves qui ne ramènent jamais de livres de chez eux ou refusent de lire pendant le temps dédié chaque jour. Notre objectif est de tenter d’en accrocher certains en leur choisissant un livre « sur mesure ». On verra bien si cela porte ses fruits avec quelques-uns !